nitrado News

21.11.2016

Retour sur la Paris Games Week 2016 avec Nitrado

 

 

La Paris Games Week 2016 s'est terminé et il est temps pour nous de faire le bilan de cette 7e édition qui se déroulait comme à son habitude Porte de Versailles à Paris.

Une grande partie du Staff Nitrado France était présent cette année encore pour découvrir les nouveautés proposées par les studios de développement, visiter les stands des exposants et bien sûr regarder les différentes compétitions de l’évènement.
Suite à l’excellent chiffre de 307 000 visiteurs l’an dernier, le célèbre salon du jeu vidéo avait une lourde pression sur ses épaules pour contenter un public toujours plus nombreux et plus exigeant.

Gros point positif sur la PGW2016 par rapport à l’an dernier :

des allées plus larges et des zones libres étaient mises en place pour permettre de circuler plus facilement et se poser pour déjeuner ou souffler un peu.

Au final c’est plus de 30% de superficie par rapport à la précédente édition. C’est donc les jambes bien attachés que nous avons fait l’intégralité du tour du salon durant 5 jours !

Dans le Hall 1, le plus grand de la PGW, les visiteurs pouvaient retrouver tous les jeux répartis par Studio de développement et par marque. Cette année c’est Playstation qui s’impose avec le plus gros stand du salon, juste devant le Village Webedia qui regroupait une multitude de marques comme Millenium, Jeuxvidéo.com, Grosbill ou encore Honor.
Changement important comparé à l’an dernier : l’intégralité des jeux présentés étaient uniquement jouables sur console.
- De nombreux nouveaux visages étaient présents comme Canal + qui disposait d’un stand conséquent après le récent rachat de Gameloft par le Groupe Vivendi. Associé récemment à la célèbre organisation Vitality, Canal+ semble déterminé à se forger une place dans le monde du jeu vidéo en France et a même lancé il y a peu le Canal Esport Club.
- Electronics Arts proposait quant à lui ses deux nouveaux mastodontes : Battlefield 1 sorti il y a peu qui essuie de très bons retours et Titanfall 2, la suite de la licence du FPS futuriste. Gros point noir pour Battlefield 1, la version du stand EA était la pré-alpha qui date de juillet, un comble pour un jeu sorti il y a plusieurs semaines déjà.
- De son coté, son principal concurrent Call of Duty est toujours aussi populaire et il y avait beaucoup de monde pour tester le prochain opus : Infinite Warfare.

 

Sur les autres stands, peu de jeux nouveaux mais beaucoup de suite très attendues : Mafia III, Ghost Warrior 3, Sniper Elite V4, Dishonored 2 ou encore le prochain Final Fantasy. De véritables blockbusters qui ont pu satisfaire les fans qui étaient présents.

Dans le Hall 2 nous avons eu le plaisir de trouver les Jeux Made in France avec beaucoup de monde pour les tester.
Certes pas aussi gros qu’EA ou Square Enix, le public était quand même massivement présent pour voir les nouveautés de fin d’année. De très nombreuses écoles de jeux vidéo étaient également représentées et avaient leur stand pour informer les visiteurs sur ces métiers de passionnés.
- On retrouve ainsi des grands noms français comme l’IIM (Institut de l’Internet et du Multimédias) ou encore ISART Digital.

Enfin dans le Hall 3, les visiteurs ont pu découvrir les stands des exposants ainsi que les différentes scènes de l’ESWC et l’ESL Arena. De nombreuses marques très connues présentaient leur dernière gamme de produits.
- Au stand LDLC se retrouvaient donc de nombreux fabricants de matériel de haute qualité comme HyperX, Cooler Master ou encore Roccat.
- Plus loin, on note aussi la présence de OMEN, la branche gaming de HP avait pour la première fois un stand au salon avec une installation très imposante.
- Les incontournables Plantronics, MSI ou encore ASUS avaient eux aussi un stand comme chaque année avec des animations pour inciter les visiteurs à venir et tenter de gagner des lots.

Pour cette 7e édition, de nombreux guests (pour la plupart des streamers ou des youtubers très connus du public français) étaient présents sur de nombreux stands dont Twitch et Lenovo pour les animer toute la semaine en proposant des showmatchs entre guests ou contre le public.
D’autre part, des marques nouvelles comme Eyeblue ou The G-Lab aux produits très prometteurs ont ainsi pu faire une entrée assez remarquée dans le monde du gaming français.

Coté ESWC, l’organisation a globalement respecté l’horaire des matchs annoncés et les organisateurs avaient cette année ajouté de la place pour les spectateurs. Une bonne chose vu le spectacle proposé sur CSGO par l’équipe française Team LDLC qui a su se qualifier jusqu’à la finale du tournoi qui aura fait vibrer le public lors de la finale de dimanche.

En résumé, un bon event comme chaque année bien que ce-coup ci on note que l’animation et le confort des visiteurs étaient le point fort comparé à l’exclusivité des jeux présentés, une tendance à l’inverse des précédentes éditions. La Paris Games Week a déjà annoncé un record de fréquentation pour sa 7e édition de 310 000 visiteurs, un chiffre encouragent pour le secteur de jeux vidéo, l’encadrement de l’esport et la reconnaissance de cette passion partagée par des millions de personnes de tout âge à travers la France et le monde.

 

Testserver
Restez connecté à Nitrado




Certifié premium ESL
Les serveurs de jeux de nitrado sont certifiés ESL, ce qui fait d'eux des candidats de premier choix pour les guerres de clans ESL.
ESL PROTECTION CHECK